Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Publié le 2 Oct 2012

Péridurale, position d’accouchement… laissez-nous choisir notre façon d’accoucher!

Péridurale, position d’accouchement… laissez-nous choisir notre façon d’accoucher!

I had a dream. Et si on avait le droit d’accoucher comme on veut? De ne pas vouloir de péridurale malgré la douleur, d’accoucher sur le côté si on n’aime pas avoir les quatre fers en l’air, d’écouter du P!nk en boucle ou encore de se balancer sur un gros ballon bleu pendant des heures. Oui, rêvons un peu car malheureusement, comme vient de le révéler une enquête menée par le Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE), il reste du chemin à faire dans les maternités françaises, du côté des professionnels de santé mais aussi du notre.

Oser dire comment on veut accoucher
Première étape: exprimer nos souhaits. C’est con, mais si on ne demande pas, il y a peu de chance que ça vienne tout seul. Les sages-femmes sont là pour nous aider à mettre notre bébé au monde, pas pour jouer à madame Irma.Or, nous sommes seulement 57% à exprimer des souhaits particuliers pour notre accouchement. C’est trop peu.

Je veux bien que certaines préfèrent se laisser guider, cela n’empêche pas d’avoir un avis et des préférences. Surtout que bien vivre son accouchement est directement lié à l’adéquation entre ce que l’on souhaite et ce qui se passe finalement. Les chiffres sont sans appel: 90% de celles dont les envies ont été respectées pour leur accouchement l’ont très bien vécu, contre seulement 30% pour celles qui n’ont pas pu accoucher comme elles le voulaient.

Choisir notre gestion de la douleur, parce qu’il n’y a pas que le péridurale en salle de travail!
Accoucher fait mal. C’est un fait. Mais comment on va gérer cette douleur, ça nous regarde, c’est nous qui souffrons, pas le futur papa, pas la sage-femme, non, c’est nous. Quoi que si on se met à insulter les sages-femmes parce qu’avoir mal ne rend pas forcément aimable, il ne faut pas s’étonner si on est très fortement encouragé à recourir à la péridurale… Et si on crie un peu fort lors de l’expulsion et que notre chéri se retrouve avec une perte d’audition, et bien tant pis, ce sont les risques de la paternité…Bref, entre celles qui implorent l’anesthésiste de leur faire la piqûre magique et celles qui veulent la jouer à l’ancienne, chacune fait ce qu’elle veut… ou ce qu’elle peut!

Accoucher assis, à quatre patte, sur le côté…
Et non, la position gynécologique n’est pas une fatalité, sachez-le. C’est même une position très inconfortable pour accoucher. Sauf pour celle/celui qui est en face et qui a une vue tout à fait dégagée…Donc oui, on peut accoucher autrement, les sages-femmes et gynécologues sont formées à cela, pourquoi s’en priver? Le moment où notre bébé sort de notre ventre est un instant incroyablement intense, alors autant être confortablement installée.

Rédiger un projet de naissance…et le montrer!
Nous sommes seulement 18% à rédiger un projet de naissance! C’est ridiculement faible. Rappelons qu’un projet de naissance est un simple document sur lequel sont écrit certaines de  nos envies: position pour accoucher, épisiotomie ou  pas, écouter de la musique,boire, bouger pendant le travail…Rien d’extraordinaire et surtout qui ne soit impossible. Il est évident que si vous avez une demande qui met en danger le bébé, elle ne sera pas respectée! Mais pour le reste, il n’y a aucune raison pour ne pas voir vos souhaits exaucés.Alors n’hésitez pas à en écrire un, l’idéal étant d’en parler avec votre sage-femme de façon à ce que vos volontés soient réalistes et compatibles avec les pratiques de la maternité que vous avez choisi pour accoucher. Et voilà, il ne vous reste plus qu’à vous éclater à accoucher, dans tous les sens du terme…

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *