Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Publié le 31 Juil 2017

7 façons de doper sa fertilité

7 façons de doper sa fertilité

C’est décidé, vous allez faire un bébé et vous avez une certaine idée de la façon dont vous allez vous y prendre… Mais vous lancer dans de folles nuits d’amour n’est pas la seule chose à faire, pensez aussi à votre hygiène de vie. Voici comment optimiser vos chances d’avoir un bébé.

1) Arrêter de fumer

Au-delà de sa nocivité pour le fumeur, le tabac est un ennemi juré de la fertilité. Le tabagisme figure parmi les principales causes d’hypofertilité car ses effets sont nombreux et touchent aussi bien la femme que l’homme : altération de la mobilité des spermatozoïdes, diminution du nombre de spermatozoïdes, troubles de l’érection, diminution du nombre d’ovocytes, avancement de l’âge de la ménopause de deux ans… Chez les fumeurs, les anomalies chromosomiques au niveau des spermatozoïdes augmentent. De plus, les couples mettent beaucoup plus de temps à avoir un enfant que les couples dans lesquels la femme ne fume pas durant la période de recherche de grossesse, ce délai étant directement lié à la consommation de cigarettes, les chances de concevoir diminuent de 10% à 40%. Les femmes ayant recours à la fécondation in vitro doivent aussi écraser leur cigarette : on obtient moins d’embryons chez les fumeuses. Le taux d’implantation est réduit de moitié pour les fumeuses, avec 6,7% contre 16,4% pour les non fumeuses. Heureusement, ces effets sont réversibles et les anciennes fumeuses retrouvent autant de chances que les non fumeuses de tomber enceinte. L’arrêt du tabac est donc essentiel à la bonne réalisation de votre projet bébé, chez la femme et chez l’homme.  Sachant que pour arrêter de fumer la motivation est le paramètre le plus important, l’envie d’un bébé est une excellente occasion !

2) Limiter sa consommation d’alcool

On ne le répètera jamais assez, boire ou être enceinte, il faut choisir. Les médecins conseillent même un sevrage total avant de tomber enceinte, quand on a décidé d’avoir un enfant. L’alcool peut provoquer des problèmes de maturité de l’ovule, des échecs de la fécondation. On observe aussi une augmentation du risque de fausses couches. Pour l’homme aussi l’alcool est à déconseiller car il a des effets négatifs sur la qualité du sperme. La quantité d’alcool minimum néfaste dépend de chacun, et aucun seuil  n’existe. Dans le doute, préférez le jus de fruit au punch !

3) Se détendre

Un stress très important peut avoir des conséquences sur la fertilité de l’homme et de la femme. Si le stress est violent, il modifie la sécrétions d’hormones avec comme conséquence directe des troubles de l’ovulation pouvant aller jusqu’au blocage de l’ovulation. L’impact de stress est visible lors d’un bilan hormonal. Alors n’hésitez pas à vous chouchoutez, prenez soin de vous, relativisez les tracas du quotidien. Vous avez décidé de faire un enfant, de fonder une famille, c’est le plus beau projet que peut avoir un couple, et cela doit vous donner le sourire car c’est une formidable aventure.

4) Repérer son ovulation

Pour augmenter ses chances de tomber enceinte, il faut faire l’amour. Jusque là c’est facile. Mais il faut le faire au bon moment, c’est-à-dire avant ou pendant l’ovulation. Il est donc nécessaire de connaître ce moment pour avoir des rapports pendant la période fertile. Ce qui n’exclut pas de faire l’amour pendant la période infertile ! Pour repérer son ovulation, il existe plusieurs méthodes comme faire une courbe de température, ou la méthode Ogino. Bien connaître son cycle permet de ne pas rater l’ovulation et augmente les chances de fécondation. Encore une fois, une méthode infaillible est de faire l’amour tous les jours…

 5) Je mange équilibré

Surtout ne pas faire de régime amaigrissant. Priver son corps ou le sous-alimenter provoque un stress capable d’engendrer des troubles de l’ovulation. L’idéal est de manger équilibré. Mangez beaucoup de fruits et des légumes pour éviter les carences en vitamines.  Mangez aussi tous ce qui ressemble à des feuilles, comme la salade, aliments qui contiennent de l’acide folique, connu aussi sous le nom de vitamine B9. L’homme est plus souvent en carence d’acide folique que la femme, pourtant un déficit de vitamine B9 nuit à la fertilité masculine et féminine. En effet, l’acide folique participe à la maturation de l’ovule et à la bonne mobilité des spermatozoïdes.

6) Faire du sport en douceur

L’activité sportive intensive est mauvaise pour la fertilité car elle provoque un stress important du corps. En réaction, il cesse de sécréter certaines hormones comme l’œstrogène. Une femme connaîtra alors des troubles de l’ovulation comme des cycles longs ou une absence d’ovulation. De même chez l’homme, une activité sportive intensive dégrade la qualité du sperme. En revanche, le sport favorise l’épanouissement personnel. Une femme qui travaille son périnée ou ses abdos avec de la danse ou de la gymnastique douce va lui donner une bonne souplesse pelvienne. Le mieux, c’est la danse du ventre…

 7) Je vais voir mon gynécologue ou mon médecin

Une fois que vous avez décidé de faire un enfant, parlez-en à votre médecin. Il pourra vous donner quelques explications sur comment on fait les bébés (tous les conseils sont bons à prendre). Avant, c’est votre généraliste qui s’occupait du bilan prénuptial, mais beaucoup de couples ne sont pas mariés et cette consultation vient d’être supprimée. Cela permettait pourtant d’expliquer certaines choses. Vous pourrez alors lui poser toutes les questions qui vous passent par la tête et en discuter. Il vous prescrira une prise de sang pour savoir si vous êtes bien vacciné contre la rubéole, la toxoplasmose… Si vous êtes négatif pour la rubéole, il faut vous vacciner, or beaucoup de femmes aujourd’hui n’ont pas été vaccinée et n’ont pas été en contact avec ce virus. Il faut donc les vacciner avant qu’elles soient enceintes car ce n’est pas possible pendant la grossesse.

 

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *