Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Publié le 26 Juil 2017

Accueillir un embryon ou adopter ?

Accueillir un embryon ou adopter ?

Si l’adoption est une procédure connue et répandue, l’accueil d’embryon reste une démarche rare. Pourtant, elle présente de nombreux avantages pour le couple, mais aussi pour l’enfant à naître.

Le couple à égalité devant l’infertilité

L’accueil d’embryon est une démarche intermédiaire très particulière qui se situe entre l’insémination artificielle ou la fécondation in vitro avec tiers donneur et l’adoption : la PMA avec tiers donneur crée une sorte d’inégalité au sein du couple, puisque l’un des parents est biologiquement le père ou la mère de l’enfant alors que l’autre est stérile, ce qui impose à ce dernier de faire le deuil de sa fertilité et d’accepter  sa parentalité au même titre que son conjoint fertile, ce qui n’est pas toujours facile. Ce type de PMA permet cependant de faire un appariement entre donneur et receveur, limitant ainsi les risques de voir apparaître un caractère physique très différent de ce dernier.

Des enfants doublement désirés

L’accueil d’embryon se rapproche de l’adoption en plaçant  les deux membres du couple au même niveau puisque l’enfant issu du don n’est génétiquement lié à aucun d’entre eux, et ne leur ressemblera pas particulièrement. La mère garde cependant  le privilège de porter l’enfant pendant la grossesse et de le mettre au monde, comme toutes les mères biologiques, ce qui établit indiscutablement des liens très intimes entre eux. Mais ici, il s’agit d’un embryon issu du projet parental d’un autre couple, qui a été congelé initialement pour répondre à la demande parentale de cet autre couple. L’enfant a donc été désiré deux fois, la première fois par le couple qui renonce finalement à son projet parental, la seconde fois par le couple accueillant qui lui donnera la vie à défaut de lui donner ses gènes. Cet enfant doit la vie à ce couple accueillant qui, en le mettant au monde, le fait sortir du statut d’être humain potentiel bloqué au stade embryonnaire en le propulsant malgré lui au stade d’être humain.

Le poids du passé

La PMA avec tiers donneur et l’accueil d’embryon obéissent aux grandes règles du don, c’est à dire  la gratuité et le respect de l’anonymat. Comment ses enfants se construiront-ils s’ils ont connaissance de la vérité sur leurs origines sachant qu’ils n’auront pas accès aux données identifiantes concernant leurs géniteurs, tout comme les enfants issus du don de gamète ? Il est encore trop tôt pour y répondre, mais à la différence des enfants adoptés, souvent en quête de leur histoire, de leur passé lié à une mise au monde dans des conditions souvent difficiles, et cherchant les raisons qui ont poussé leurs mères biologiques à les abandonner dans la détresse, les enfants issus de l’accueil ne seront pas en quête d’un passé oublié et douloureux, ils sauront que leurs géniteurs ont souhaité,  par un don réfléchi, leur donner la chance de vivre et de s’épanouir auprès de couples ayant souffert d’infertilité, comme eux.

 

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *