Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Publié le 8 Août 2017

Toutes les étapes de l’insémination artificielle

Toutes les étapes de l’insémination artificielle

C’est une technique simple et indolore, souvent proposée comme première solution quand les stimulations ovariennes n’ont pas abouties.

Au contraire d’autres techniques, celle-ci s’effectue in vivo. Si la mise en contact des spermatozoïdes et de l’ovule est artificielle, la fécondation est entièrement naturelle.

Pour optimiser les résultats, les inséminations artificielles sont généralement précédées d’un traitement qui consistera en une stimulation modérée des ovaires suivie d’un déclenchement provoqué de l’ovulation. L’insémination intra utérine est alors faite autour de36 heures après le déclenchement de l’ovulation.

Il existe plusieurs types d’inséminations : l’insémination intra-utérine (IUU), l’insémination intra vaginale et intra cervicale, et l’insémination intrapéritonéale (FIP). La plus fréquente est l’IUU.

La technique consiste à déposer les spermatozoïdes préalablement triés directement dans la cavité utérine. Le dépôt se fait à l’aide d’un cathéter fin et souple, par les voies naturelles. Cela permet d’aider les spermatozoïdes à avancer sans être freinés par la glaire cervicale parfois nocive. Ces derniers se retrouvent ainsi rapprochées de l’ovocyte, aide non négligeable quand ils sont peu mobiles.

Cette technique est la première proposée chez les femmes infertiles à trompes saines.

Avant l’insémination

Pour effectuer l’insémination au moment optimal, la femme suit un traitement de stimulation et son cycle est surveillé. Ainsi, la femme devra se faire plusieurs injections sous-cutanées pendant quelques jours. Des prises de sangs et des échographies permettent de connaître la croissance des follicules de telle sorte que quand ils ont atteint la bonne taille, une ampoule d’hormones hCG est administrée à la femme, déclenchant l’ovulation. Elle a lieu 36 heures après, c’est à ce moment que sera pratiquée l’insémination.

Le jour de l’insémination

Le conjoint devra se rendre au laboratoire spécialisé pour donner son sperme par masturbation, après trois jours d’abstinence. En cas de recours à du sperme congelé, celui-ci est décongelé. Le sperme est alors préparé au laboratoire : les spermatozoïdes les plus mobiles sont sélectionnés et stimulés pour augmenter encore leur mobilité. Cette préparation prend environ deux heures. Le couple peut alors repartir avec la préparation contenue dans un cylindre en plastique. Direction le centre de PMA. Là, le gynécologue va prélever une partie du sperme préparé et l’introduire dans la cavité utérine de la femme. Cela se fait dans le cabinet du gynécologue, sans anesthésie car indolore.

Après quelques minutes de repos, la patiente peut reprendre son activité normale.

Risque de grossesse multiple

Du fait de la stimulation ovarienne, la femme peut développer plusieurs follicules, provoquant un risque de grossesse multiple. Hors, ces grossesses sont considérées à risque, et il peut s’avérer nécessaire d’arrêter le traitement. Une excellente surveillance est donc nécessaire pour éviter ces cas là et contrôler la stimulation ovarienne. Malgré une telle surveillance, le taux de grossesses gémellaires reste autour de 20%.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *