Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Publié le 7 Août 2017

Mon couple est-il fertile?

Mon couple est-il fertile?

Voilà presque un an que vous avez décidé d’avoir un enfant, mais celui-ci tarde à arriver. Vous vous décidez finalement à consulter, et vous poussez la porte d’un médecin spécialiste de la procréation. Voilà ce qui vous attend.

« Notre objectif premier est de lever l’angoisse que peut ressentir le couple » explique le docteur Pfister, spécialiste en médecine de la reproduction et endocrinologie au centre libéral aixois de reproduction assistée CLARA.  Car cette première consultation est stressante pour le couple.  Après tout, venir n’est-ce pas déjà reconnaître qu’il y a un problème ? Heureusement, des couples s’inquiètent souvent trop tôt, sans aucune raison particulière. La première consultation va permettre d’évaluer la fertilité du couple, et de diagnostiquer, s’il existe ou non des troubles de la fertilité, chez l’homme et/ou chez la femme. Pour cette première consultation, le couple doit donc être présent. Le médecin va commencer par leur poser une série de questions. Concernant la femme, l’objectif est de connaître ses antécédents familiaux et personnels par exemple si elle a déjà fait des fausses couches ou si elle a eu des problèmes médicaux comme des trompes obturées. Son poids est aussi pris en compte, un surpoids important ou une maigreur peuvent bloquer l’ovulation.

De même aussi les habitudes sportives, car une activité trop intense peut bloquer la sécrétion de certaines hormones. Une prise de sang et une échographie et une radio des trompes viendront compléter le bilan. L’homme sera aussi interrogé sur son passé médical. Une anomalie ou une infection de la prostate sera recherché car le sperme séjourne dans la prostate avant le rapport sexuel, si le milieu est infecté, cela affecte les spermatozoïdes. L’homme devra  faire un prélèvement de sperme pour la faire analyser. Le spermogramme permettra de vérifier le nombre de spermatozoïdes présents ainsi que leur qualité, s’ils sont suffisamment mobiles par exemple.

Par ailleurs il existe le test après rapport. Il consiste à analyser la glaire de la femme vers le 13è jours (en supposant un cycle de 28 jours) et de regarder s’il reste des spermatozoïdes à l’intérieur quelques heures après un rapport sexuel: c’est le test de Huhner.

Tous ces examens permettront de diagnostiquer ou non des troubles de la fertilité féminins ou masculins.

Souvent des anomalies sont présentes dans les deux membres du couple. Ceci entraîne une hypofertilité ( fertilité plus faible que la normale) qui permet toujours de concevoir, mais dans un délai plus long . L’association des deux faibles fertilités diminue les chances d’avoir un enfant dans le couple, la conception d’un enfant peut alors prendre plus de temps, d’où une inquiétude qui pousse à consulter.

Bilan de fertilité

Pour la femme : prise de sang pour un bilan hormonal, sérologies (dépistage de l’hépatite ou encore du sida), échographie, radio des trompes

Pour l’homme : prise de sang pour un bilan hormonal, sérologies (dépistage de l’hépatite ou encore du sida), spermogramme

 

Zoom sur le spermogramme

Le spermogramme consiste à compter le nombre de spermatozoïdes présents dans le sperme et à évaluer leur qualité. Pour cela, le technicien place le sperme dans un liquide qui va permettre, suite à une centrifugation, de séparer les spermatozoïdes les plus mobiles des autres.. Ils sont à nouveau séparés suivant leur mobilité en trois catégories, les rapides, les lents et les immobiles. Un spermocytogramme accompagne le spermogramme en déterminant les caractéristiques des spermatozoïdes, et leurs éventuelles anomalies : spermatozoïdes à deux têtes, flagelle anormal…« Sur ce spermogramme, on a mesuré 29 millions de spermatozoïdes/ml, ce qui est dans la norme. En revanche, 65% sont immobiles ! Cet homme a une fertilité réduite et mettra plus de temps à concevoir. » explique Rémi Grellet, directeur d’un laboratoire agrée PMA

Attention, faites  plutôt votre spermogramme dans un laboratoire agrée. Cela vous assure la qualité de l’examen qui nécessite un certain savoir-faire,et  vous assure aussi un accueil et une prise en charge adaptée. Dans certains laboratoires non spécialisés, l’homme est contraint de se masturber dans les toilettes ! La situation est déjà stressante, inutile d’en rajouter. Préférez des laboratoires qui disposent d’un lieu dédié au recueil de sperme, comme un petit studio où la femme pourra rejoindre son partenaire si celui-ci le désire. Avant de donner sa semence, il faut compter deux ou trois jours d’abstinence.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *